L’ÉDITO

L’ÉDITORIAL de Marc Gilmant, vice-président de la FCCM
et Délégué Général de la Rencontre Cinéma de Pézenas

S’il était encore nécessaire de montrer à quel point le cinéma est le témoin privilégié des changements de société, le cinéma chinois en serait la meilleure preuve.
Les films restent les seuls témoins de mondes aujourd’hui disparus dans un pays en révolution permanente où une nouvelle génération de cinéastes est née à chaque bouleversement de la classe politique ou de grandes mutations sociétales.
Six générations se succèdent depuis 1913 et la richesse de cette histoire cinématographique est énorme. Comment présenter un « panorama » de cette histoire, comment parler d’un pays si ancien, si lointain, si riche ?
Nous avions envie d’essayer.

Une envie exprimée alors que la FCCM était elle-même en pleine mutation.
En effet, rappelons que depuis une dizaine d’années c’est André Blasco qui a présidé au destin de la FCCM organisatrice de la Rencontre Ciné de Pézenas.
Grand cinéphile, intellectuel engagé, André a travaillé sans compter ni son temps ni son énergie au développement à la fois de la FCCM et de la RCP, devenant d’année en année un rendez-vous incontournable dans la région. André a imprimé sa personnalité, sa manière de faire, aidé efficacement pour la coordination par Caroline Turcot qui, avant de partir vers d’autres horizons professionnels, avait réussi à fédérer autour d’elle une sympathique et fiable équipe de bénévoles.

Il y a deux ans déjà, André avait exprimé le désir de prendre de la distance.
Une longue période de transition s’est alors déclenchée et l’édition de la RCP de l’an dernier, consacrée au cinéma belge, devait faciliter celle-ci. Ce qui fut le cas, puisque ce fut une édition réussie tant au niveau de la qualité des films et des invités que de la fréquentation mais aussi de l’ambiance chaleureuse qui y régnait.
Cette 57ème édition est l’aboutissement de cette transition. André s’étant totalement retiré, il s’agit de continuer, d’assurer le même niveau de qualité et de nous organiser sans lui, d’une autre façon.
Il y a eu un travail d’équipe élargie, une participation en amont plus large des acteurs de la Rencontre et une gestion collective.
Nous avons donc mis sur pied une équipe de programmation toujours secondée par les salariés de la FCCM.

Aborder le cinéma chinois et ses composantes (Chine continentale, Taïwan, Hong Kong) en une trentaine de films n’est pas aisé.
Des choix ont du être faits, des sacrifices même. Et de grands cinéastes seront absents comme Chen Kaige ou Dai Sijie par manque de supports, de distributeurs ou d’ayant droits.

Deux réalisateurs seront mis en évidence, le documentariste Wang Bing et Jia Zhang-ke.
Pour nous aider à mieux comprendre l’histoire de la Chine et de son cinéma des spécialistes s’imposaient. Tout d’abord remercions la présence de Luisa Prudentino, historienne, conférencière qui nous proposera une conférence sur le statut de la femme dans le cinéma chinois et qui accompagnera plusieurs films dont les films rares qu’elle a pu nous procurer auprès du CDCC (centre de documentation sur le cinéma chinois).
François Amy de la Bretèque, Julie Savelli et Yoann Hervey tous trois professeurs et conférenciers en études cinématographiques de l’université de Montpellier accompagneront les films de Wang Bing et de Jia Zhang-Ke.
Tiyan Wong, réalisateur chinois travaillant en France, nous aidera dans la présentation et le décryptage de plusieurs films tout au long de la semaine.
Julien Selleron sera présent pour son documentaire consacré à Jia Zhang-ke.
Enfin, le réalisateur Olivier Meys, spécialiste de la Chine pour y avoir vécu une dizaine d’années, nous présentera ses documentaires et en avant-première Bitter Flowers sa première fiction relatant la difficile condition de femmes ayant quitté momentanément la Chine pour l’Europe dans l’espoir d’améliorer les conditions de vie de leurs familles restées en Chine. Olivier nous accompagnera aussi dans la présentation d’autres œuvres, documentaires ou fictions.

Mais il y a d’autres magnifiques surprises.

L’acteur et réalisateur Jean-François Stévenin nous rejoindra et nul doute que sa personnalité généreuse et humaine va nous réchauffer le cœur et l’esprit avec ses films teintés d’amitié, de poésie et d’humour mais aussi avec ses cartes blanches parcourant sa carrière d’acteur formidable et inclassable.

Le cinéma d’animation ne sera pas en reste puisque Paul Dopff, auteur-réalisateur-producteur-distributeur, fondateur de « Pink Splash productions » nous fera partager sa douce folie créatrice avec deux films de son long parcours.

Un focus sur et avec le documentariste italien Stefano Savona dont le travail consiste à construire un univers disparu en racontant les rêves et les cauchemars, entre autres avec Samouni Road, prix du meilleur documentaire à Cannes en mai dernier.

Comme chaque année des découvertes avec 4 films proposés par l’ACID.

Diversité, inventivité, créativité autour de jeunes réalisateurs à mieux faire connaître.

Et sans oublier des avant-premières dont Les éternels de Jia Zhang-Ke.

Voilà l’édition que nous vous proposons ; j’espère qu’elle nous permettra de vivre beaucoup de partages, d’échanges, des discussions, d’émotions, de rêves ou de découvertes.
Merci à nos invités, à nos partenaires, à notre public et à toute l’équipe organisatrice de nous permettre de poursuivre cette aventure cinématographique.

Marc Gilmant.