LES INVITÉS

JEAN FRANÇOIS STÉVENIN

Jean-François Stévenin est un acteur et réalisateur français, né le 23 avril 1944 à Lons-le-Saunier.
Etudiant à HEC et passionné de cinéma, Jean-François Stévenin rédige une thèse sur l’économie du cinéma.
Parallèlement à sa première fonction, celle d’assistant réalisateur auprès de J.Rivette, P. Fleischmann, J.F. Stévenin devient acteur, notamment dans L’Enfant sauvage, Une Belle fille comme moi, La Nuit américaine et surtout L’Argent de poche de F. Truffaut. Il tourne aussi avec d’autres grands noms du cinéma français: Rivette, Mocky, Blier, Enrico.
En 1978, il passe pour la 1ère fois derrière la caméra et réalise Passe-montagne.
En 1980, il part aux USA pour tourner dans Les Chiens de guerre de J. Irvin et le film de John Huston, A nous la victoire.
J.F. Stévenin devient alors une figure incontournable du cinéma français. Acteur inclassable, il tourne dans une centaine de films, depuis 1980.
En 1986, il met en scène son 2ème film, un polar, Double messieurs, avec Carole Bouquet.
En 2002, il réalise son 3ème long, Mischka, avec Jean-Paul Roussillon. Il fait aussi une incursion à la télévision pour la série Mafiosa (2008).
J.F. Stévenin est le père de Robinson, Salomé et Sagamore Stévenin, également acteurs et avec qui il a souvent partagé l’affiche.

 

PASCAL PRIVET

Pascal Privet sera présent aux côtés de Jean-François Stévenin.

Grand voyageur, Pascal Privet a passé sa jeunesse à courir les déserts et les montagnes du Yémen, du Sahara et de l’Himalaya. Il a travaillé dans des domaines aussi divers que le tourisme, la recherche scientifique, l’enseignement et l’action culturelle.

Diplômé en ethnologie et en cinéma, il a réalisé des films documentaires dont le dernier est L’Heure de Salomon, consacré à la musique et à la culture du Yémen.

Il a créé et programmé pendant 30 ans les Rencontres Cinéma de Manosque. Sa connaissance des cinémas du monde et particulièrement du cinéma documentaire s’exerce actuellement dans une collaboration avec plusieurs festivals et événements de cinéma.

 

STEFANO SAVONA

Stefano Savona est né à Palerme en 1969.

Après des études d’archéologie et d’anthropologie, il travaille comme photographe indépendant.

En 1999 il se consacre à la réalisation et à la production de documentaires. Carnets d’un combattant kurde (2006) reçoit le Prix du Jury International au Cinéma du Réel, Plomb Durci (2009) est présenté au festival de Locarno où il reçoit le Prix Spécial du jury.

Il est à l’origine d’un projet d’archives audiovisuelles sur la civilisation rurale sicilienne, Le Pain de saint Joseph.

Il fonde en 2010 à Paris avec Penelope Bortoluzzi la société de production Picofilms. Il produit et réalise Palazzo delle Aquile : Grand Prix du Cinéma du Réel 2011 sélection ACID, Cannes 2011). Tahrir, place de la Libération est présenté au festival de Locarno et au New York Film Festival et reçoit le David di Donatello et le Nastro d’Argento du Meilleur Documentaire. Samouni Road obtient l’Œil d’or du meilleur documentaire à la Quinzaine des Réalisateurs en 2018.

 

PAUL DOPFF

Paul Dopff est né le 14 septembre 1948 à Colmar. Il a fait les Beaux-Arts et étudié le cinéma à Paris avant de mener de front création, production, et distribution avec sa société Pink Splash (1971 à 1981).
Après une dizaine d’années en indépendant, il crée en 1991 DOPFFILM pour son long métrage Le roman d’un truqueur (1991) puis pour Du tableau noir à l’écran blanc (1997).
Auteur, dessinateur, et cinéaste, il a réalisé seize courts-métrages, deux long-métrages documentaires et a produit 12 dessins animés d’autres auteurs.
Plusieurs de ses courts-métrages ont été primés dans les festivals ou nommés aux Césars. Il s’est attaché avec Gabriel Cotto à varier les formes de diffusion cinéma des films courts par des programmes longs composés de courts-métrages, dont :
1976 : Pink splash, ça bouge dans le dessin animé
1978 : Le nouveau cartoon à Hollywood
1980 : Mondocartoon, puis en 1992 Voyage dans ma tête et Pirouette, Chansonnette.
Ces programmes ont tourné dans les réseaux d’éducation populaire, Centres culturels, MJC, circuits universitaires aux USA, et aussi dans les spectacles de Saravah ainsi qu’en première partie de Bernard Lavilliers à l’Olympia (Paris) en 1978.
En plus des effets spéciaux animés pour le cinéma (ex : Gros Calin) et la télé (Cocoboy en 1982), il a dirigé des ateliers scolaires de création en animation.

 

ILS INTERVIENNENT SUR LE CINÉMA CHINOIS

FRANÇOIS AMY DE LA BRETÈQUE

Professeur émérite d’études cinématographiques à l’université Paul-Valéry Montpellier3, Membre du Centre de recherches RIRRA21. Responsable éditorial de la revue Archives et de la recherche à l’Institut Jean-Vigo, cinémathèque euro-régionale (Perpignan).

Historien du cinéma et historien des représentations. Auteur de nombreux articles et de plusieurs livres notamment de : L’Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental (Paris, Champion, 2004), Le Moyen Âge au cinéma, Panorama historique et artistique (Armand Colin 2015), codirecteur de l’ouvrage : Wang Bing, un cinéaste en Chine aujourd’hui, avec Caroline Renard et Isabelle Anselme, Aix en Provence, Presses Universitaires de Provence, série « Arts », 2014.

 

YOANN HERVEY

Enseignant au département Cinéma et Théâtre (filière cinéma), Université Paul-Valéry Montpellier 3 et département Lettres Modernes, Cinéma et Occitan, Université Toulouse Jean-Jaurès.

Chercheur, RIRRA21 (EA 4209), Université Paul-Valéry Montpellier 3.
Président de l’association Gweissk PhiloCinéma.

Membre de l’AFECCAV (Association Française des Enseignants et Chercheurs en Cinéma et Audiovisuel).

Membre de la Société de Philosophie du Québec (SPQ).

Membre du comité de lecture de la revue A l’épreuve.

Auteur de nombreuses publications sur le cinéma comme par exemple : Philosophie et esthétique du cinéma, Théorie du cinéma et des cinéastes, Cinéma nord-américain contemporain, Jeune cinéma français, Nouvelles formes narratives des séries télévisées.

 

OLIVIER MEYS

Diplômé en réalisation Cinéma et Radio à l’institut des Arts de Diffusion (IAD – Belgique, 2000), Olivier Meys est rapidement parti travailler en Chine.

Témoin privilégié des changements sociaux importants vécus par ce pays durant ces dernières années, Olivier Meys a réalisé sur place de nombreux documentaires radiophoniques primés dans plusieurs festivals internationaux : Grand Prix radio de la SCAM 2007, Grand Prix Nagra de la création au festival Longueur d’onde de Brest 2010.

Olivier Meys a également réalisé des courts métrages et des films documentaires, dont Vies nouvelles, Prix du Premier Film au festival Traces de Vies (2005) et Dans les décombres / Qian men Qian, Prix International de la SCAM au Cinéma du réel en 2008. Bitter Flowers est son premier long métrage de fiction.

 

LUISA PRUDENTINO

Luisa Prudentino est sinologue, spécialiste du cinéma chinois.

Après une maîtrise de langue et civilisation chinoises, en 1985 elle part en Chine pendant 3 ans pour se consacrer à la recherche sur le cinéma chinois. Rentrée en Italie, elle organise à Rome le premier festival consacré au cinéma chinois contemporain.

En 1990, elle vient en France où elle approfondit son travail de recherche sur le cinéma à l’EHESS de Paris.

Auteur de nombreux ouvrages et essais sur le cinéma chinois, elle enseigne l’histoire du cinéma chinois à l’INALCO (Paris), à l’Institut de Sciences Politiques (Campus du Havre) et à l’Université de la Lorraine (Metz).

Elle est également consultante pour de nombreux festivals de cinéma en France et à l’étranger.

 

JULIE SAVELLI

Maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Julie Savelli est membre du RIRRA21.

Ses recherches portent sur les théories de la création, sur l’histoire et l’esthétique des pratiques documentaires.

Elle a notamment participé à l’ouvrage collectif Wang Bing, un cinéaste en Chine aujourd’hui (PUP, 2014).

 

JULIEN SELLERON

Julien Selleron est un auteur réalisateur et chef opérateur né en 1969 à Casablanca.

Il réalise à Bruxelles en 1994, en parallèle de ses études de mise en scène à l’I.N.S.A.S, son premier court-métrage L’heure grise primé et sélectionné dans de nombreux festivals. Par la suite, il travaille comme régisseur puis assistant réalisateur sur de très nombreux films publicitaires puis sur des longs-métrages et téléfilms réalisés par Chantal Akerman, Sébastien Lifschitz ou Gaspar Noë entre autres.

En 2001 il réalise et produit son premier court-métrage documentaire Cachet de la poste faisant foi. En 2003, il réalise en Chine son premier long métrage documentaire Made in China sur le cinéaste Jia Zhang-Ke, présenté au F.I.D à Marseille et distribué en Belgique et au Mexique en 2008.

S’ensuivent des commandes de documentaires, de reportages pour Canal +, Arte ou M6 où en plus de la réalisation, il prend en charge l’image de ses films. D’autres réalisateurs font appel à ses services, en tant que chef opérateur, sur des documentaires ou fictions comme les réalisateurs Olivier Bohle et Raphaël Millet. En 2010, il débute la réalisation de son second film documentaire La nuit présenté au F.A.M.E FILM FESTIVAL 2016 à Paris.

 

TIYAN WONG

Tiyan Wong est né à Macao, il passe son enfance à Hong Kong puis arrive en France à l’âge de 15 ans.

Il a réalisé plusieurs documentaires, dont L’aspect rose des choses en 1980 (sélection Festival de Berlin-Infoschau) et Tai ti chan le Grand tremblement de terre en 1990 (nominé au César du meilleur court-métrage).

Il a rédigé la première monographie sur Zhang Yimou en Occident ainsi que Cent ans de cinéma en Isère (1995, Ed Musée Dauphinois).

 

ELLE INTERVIENT SUR LES FILMS DE L’ACID

HÉLÈNE MILANO

Hélène Milano accompagnera les films de l’ACID durant la rencontre.

Hélène Milano, née en 1967, est actrice et réalisatrice.

Elle commence son parcours comme actrice et metteuse en scène au théâtre tout en dirigeant une compagnie créée avec d’autres acteurs.

Elle y joue et met en scène de nombreux textes. Ses spectacles la conduisent peu à peu vers des écritures inédites puis vers le cinéma. Tout en continuant son trajet d’actrice elle réalise plusieurs courts métrages de fiction ainsi que plusieurs films documentaires.

Son premier long métrage, Les Roses Noires, est le premier volet d’un diptyque dont elle réalise aujourd’hui le deuxième volet, Les Charbons Ardents, actuellement en montage.