PAUL DOPFF

SA BIO :

Paul Dopff est né le 14 septembre 1948 à Colmar. Il a fait les Beaux-Arts et étudié le cinéma à Paris avant de mener de front création, production, et distribution avec sa société Pink Splash (1971 à 1981).
Après une dizaine d’années en indépendant, il crée en 1991 DOPFFILM pour son long métrage Le roman d’un truqueur (1991) puis pour Du tableau noir à l’écran blanc (1997).
Auteur, dessinateur, et cinéaste, il a réalisé seize courts-métrages, deux long-métrages documentaires et a produit 12 dessins animés d’autres auteurs.
Plusieurs de ses courts-métrages ont été primés dans les festivals ou nommés aux Césars. Il s’est attaché avec Gabriel Cotto à varier les formes de diffusion cinéma des films courts par des programmes longs composés de courts-métrages, dont :
1976 : Pink splash, ça bouge dans le dessin animé
1978 : Le nouveau cartoon à Hollywood
1980 : Mondocartoon, puis en 1992 Voyage dans ma tête et Pirouette, Chansonnette.
Ces programmes ont tourné dans les réseaux d’éducation populaire, Centres culturels, MJC, circuits universitaires aux USA, et aussi dans les spectacles de Saravah ainsi qu’en première partie de Bernard Lavilliers à l’Olympia (Paris) en 1978.
En plus des effets spéciaux animés pour le cinéma (ex : Gros Calin) et la télé (Cocoboy en 1982), il a dirigé des ateliers scolaires de création en animation.

 

SES FILMS :

PINK SPLASH – COURTS-MÉTRAGES

Programme de courts métrages produits par Paul Dopff entre 1971 et 1981

Copies 16mm

Paul Dopff vient à Pézenas avec, sous le bras, des copies 16mm de courts métrages qu’il a produits ou réalisés avec sa société Pink Splash dans les années 70, des films farouchement indépendants réalisés avec ses amis, parmi lesquels Bernard Palacios ou Francis Masse.

Tendres, poétiques ou surréalistes, ces films artisanaux de passionnés du cinéma et de la pellicule sont à (re)découvrir d’urgence.

C’est ce que nous proposons, avec le soutien de Dodeskaden, en vue de leur donner une nouvelle vie dans les réseaux alternatifs de diffusion.

 

LE ROMAN D’UN TRUQUEUR (film projeté en 35 mm)

Paul Dopff, France, 1991, 1h36

Nous sommes projetés dans l’univers du ministère du Septième Art, bureau des Affaires Insolubles. C’est là qu’échouent un jour de bien énigmatiques bobines de pellicules vierges.