Rencontre cinématographique de Pézenas

CONSURLTER/TÉLÉCHARCHER LA GRILLE HORAIRE DE LA PROGRAMMATION

LA 53e RENCONTRE CINÉMA DE PÉZENAS SE TIENDRA DU 6 AU 12 FÉVRIER 2015

Le cinéma paradoxalement produit du papier : il est en crise – la fréquentation baisse : alarme... l'argent ne rentre plus, les stars sont trop payées. Pourtant sans raison apparente, on nous dit immédiatement qu'il va mieux. L'aspect commercial, le rayonnement de la France prennent le pas sur toutes les autres considérations qui ne sont que rarement évoquées et en particulier le tissu composé de passionnés, de militants qui désirent partager, accompagner les films vers ceux qui ne désirent pas seulement consommer des images. Le cinéma est un outil de lien social sublimé quand il s'adresse à ceux qui n'ont pas accès à certaines œuvres soit par absence de diffusion sur leur territoire soit par résistance liée à l'image que l'on a de la « Culture » telle qu'elle est véhiculée. Un hommage est à rendre à toutes ces personnalités, et en particulier à celles des ciné-clubs de la Fédération des ciné-clubs de la Méditerranée, qui l'année durant et sans concession à la mode et à la facilité, aux quatre coins de la France, avec des budgets modestes, font rayonner le cinéma, celui qui interroge le réel et ses représentations.
53RCP_A3_AFFiCHE_web
La Rencontre cinéma de Pézenas veut en être la vitrine en apportant cette année la cinématographie russe à travers les œuvres exigeantes de Tarkovski, Sokurov, Mikhalkov et autres Mouratova, en analysant le rapport des réalisateurs avec le politique. Nous découvrirons des réalisations mises dans leur temps sous le boisseau et admirerons entre autre la beauté pas seulement formelle des films de Kalatozov, Alexeï Guerman, Abouladze... sans oublier quelques comédies musicales surprenantes. Pour accompagner et aller plus loin Eugénie Zvonkine et Gérard Conio, universitaires, nous offrirons deux conférences l'une sur le cinéma du dégel, l'autre sur ce foisonnement artistique qui dans les années vingt a donné naissance à des œuvres qui sont encore des références de nos jours. Une exposition, une rencontre littéraire, des documentaires du Tombeau d'Alexandre de Chris Marker aux films du groupe Medvedkine compléteront cette thématique, sans oublier la présence lumineuse de Dinara Drukarova, dont nous pourrons apprécier le parcours depuis l'étonnant Bouge pas meurs ressuscite où elle est révélée à Marussia son dernier film dont elle est aussi l'interprète principale.

Si la thématique russe est fort prégnante, des alternatives non moins intéressantes sont proposées avec la présence de Laurence Kirsch, réalisatrice mézoise auteure de portraits étonnants de gens d'ici et Antoine Page qui présentera son périple – en compagnie de Zoo Project adepte du street art – qui les a amenés jusqu'à Vladivostok. Deux séances de courts métrages sont aussi du programme, une avec des élèves de la section cinéma-audiovisuel du Lycée Jean Moulin de Pézenas et une autre qui présentera de jeunes talents à découvrir. Notre partenariat avec l'ACID se révèle fécond comme à son habitude : des réalisations remarquables, des fictions et un documentaire à ne pas manquer ne serait-ce que pour le talent, le naturel des interprètes, sans oublier une problématique récurrente : peut-on s'insérer dans « une vie normale » quand pour x raisons on est marginalisé.

Enfin, fédération des ciné-clubs oblige, une sélection de films coups de cœur est offerte afin de donner des idées de programmation aux ciné-clubs présents et faire découvrir au public des œuvres peu connues.

Plus de soixante films, une cinquantaine de séances de cinéma accompagnées de débats, des avant-premières, la semaine sera riche en émotions.